a A A+
Scroll Up
Scroll Down

Notre histoire

Forte d'une histoire centenaire, AXIMO est issue du rapprochement de plusieurs organismes de logements sociaux. Aujourd'hui, AXIMO a pour ambition de poursuivre et de renforcer son rôle d'acteur innovant du logement social en Ile-de-France. Elle dispose pour cela d'un patrimoine attractif de plus de 2 000 logements, majoritairement constitué de petits ensembles collectifs en centre-ville et de maisons individuelles.

Les grandes dates d'AXIMO

1905

Création par Jules Siegfried de la Société Anonyme d’Habitations à Bon Marché « La Maison des Dames des Postes, des Télégraphes et des Téléphones » afin de loger des jeunes femmes peu fortunées et principalement fonctionnaires de l’administration des PTT.

1976

La Maison des Dames des Postes, des Télégraphes et des Téléphones fusionne avec trois autres sociétés issues du monde du logement caritatif : la Cité jardin de Saint-Vincent de Paul, la SA de la rue Daubenton et la Fondation Richemont. Le nouvel ensemble prend le nom de "Les HLM Réunies".

1998

L’OPAC de Paris (aujourd’hui Paris Habitat-OPH) prend la majorité du capital de la société et lui apporte de nouveaux moyens financiers pour son développement.

2002

La société Les HLM Réunies change de dénomination pour s'appeler désormais AXIMO.

2007

La  SA d’Hlm Logirep entre aux côtés de Paris Habitat-OPH dans l'actionnariat de référence d’AXIMO.

Jules Siegfried (1837-1922), l'un des "pères fondateurs" du logement social en France 

Devenu millionnaire par le commerce de tissus, Jules Siegfried fut notamment maire du Havre, député et conseiller général, sénateur, puis ministre du Commerce, de l’Industrie et des Colonies.
Préoccupé par le sort des plus pauvres, il cherche à développer le logement social. La « loi Siegfried » du 30 novembre 1894 permet la création d’organismes d’Habitations à Bon Marché. Cette loi veut aider les constructeurs de l’époque en facilitant l'équilibre financier par la réduction des charges de la propriété immobilière. La loi s’organise autour de quatre axes :
création de comités locaux d’HBM dans chaque département qui doivent promouvoir et encourager la construction de logements sociaux,
recours à des emprunts à taux réduits,
réductions fiscales par l’exonération notamment de l’impôt foncier,
réductions fiscales pour les sociétés si elles limitent leurs bénéfices à 4% par an.

Jules Siegfried s'est aussi distingué à son époque en militant pour le vote des femmes.